Linking externe dans les sites de presse : quels enjeux ?

Le journaliste Jonathan Stray s’est intéressé dans l’un de ses billets à la politique de linking des grands média anglo-saxons. Zoom sur ses conclusions.

Politique de linking des grands groupes de presse

Les sites de la grande presse s’intéressent de près au linking externe, même si certains média semblent encore réticents à créer des liens sortants. Des responsables interrogés par Jonathan Stray dans le cadre de son enquête sur les politiques de linking des média anglo-saxons ont indiqué qu’ils encourageaient leurs rédacteurs à citer leurs sources ou d’autres sites d’information spécialisés. Ce qui paraît logique dans le cadre d’une volonté d’argumentation des ses propos, de citation de ses sources, etc.

Le responsable du site de la BBC a en outre rendue publique la politique de linking du media britannique. Il insiste ainsi sur l’importance d’ajouter systématiquement des liens vers les sources des articles, qu’il s’agisse de liens relatifs ou de liens profonds. Un point de vue partagé par les responsables des sites Internet de plusieurs grands journaux (à l’image du Washington Post et du New York Times).

Alors pourquoi certains craignent le linking externe ?

Certains responsables de sites de grands groupes de presse craignent encore que ces liens « n’envoient leurs lecteurs vers d’autres sites ». Pourtant, en permettant aux lecteurs d’accéder aux media sources, les sites Internet gagnent en crédibilité. Les sites mis en avant grâce au netlinking permettant d’illustrer des propos et de renforcer une théorie ou une information. Ils ne servent ainsi pas uniquement l’intérêt du lecteur, mais également celui du journaliste et donc du site Internet.

Le point de vue du référenceur

Si effectivement le problème de la perte du lecteur se pose pour les sites de media, le transfert de popularité peut être contrôlé par la balise NoFollow. Bien que cette dernière ne soit plus utile sur des liens internes, elle reste active sur des liens sortants et permet de citer les sources sans « fuite » de popularité. Pour l’utilisation des NoFollow, on citera Wikipedia qui utilise toujours ces balises pour tous ses liens sortants et qui arrive à s’imposer comme site crédible tout en gardant un positionnement SEO exemplaire.

Cette utilisation des balises NoFollow pour citer les sources a d’ailleurs fait débat dans le milieu SEO. En effet, certains partisans prônaient le « DoFollow » (c’est-à-dire un lien pur, sans NoFollow) qui avait pour vocation de « remercier » la source en lui envoyant un peu de popularité. Dans la réalité, très peu de ces sites ont mis ce DoFollow en place.


I.I. &  M.V. & E.B.

Articles similaires:

Partagez cet article

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin