De l’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises du CAC40

Facebook, LinkedIn, Twitter et Youtube : comment les entreprises du CAC40 exploitent-elles ces réseaux sociaux ? Quelles sont les plus performantes ? Et sont-elles réellement efficaces ?

L’étude réalisée par Augure et révélée par INfluencia.net a permis d’établir un classement des entreprises du CAC40 les plus efficaces sur les réseaux sociaux, en analysant 5 critères :

  • La présence (nombre de comptes);
  • La variété des réseaux utilisés ;
  • L’activité (fréquence de publication) ;
  • L’interaction ;
  • La variété du type de publications.

Utilisation des réseaux sociaux : les bons élèves

Parmi les entreprises qui tirent le mieux parti des réseaux sociaux figurent Renault avec 1135 points, Peugeot avec 869 points et l’Oréal avec 566 points. CapGemini, Alcatel Lucent, Société Générale, BNP Paribas, Carrefour, France Télécom, Total et Schneider Electric suivent ce podium avec des notes supérieures à la moyenne (200 points).


Verdict : une activité directement liée à la taille de sa communauté

Malheureusement, la majorité des entreprises visées par l’étude se contente du strict minimum. En effet, sur Twitter comme sur Facebook, l’activité des entreprises est globalement plutôt faible. L’étude révèle une moyenne de 2,3 Tweets par jour et de seulement 1 mise à jour sur Facebook par semaine.

Certaines entreprises sont plus productives, mais leur fréquence de publication n’est visiblement influencée ni par leur nombre d’employés ni par leur CA. Les entreprises qui publient le plus fréquemment sont celles dont la communauté est la plus importante. Une sorte de cercle vertueux en somme.

Les réseaux sociaux mal exploités par les entreprises

L’autre conclusion de l’étude, c’est que la plupart des entreprises n’utilise pas les réseaux sociaux de manière adéquate. Alors que ces plateformes pourraient leur permettre de renforcer et de mieux gérer leur relation client, de créer de véritables liens et d’améliorer leur image de marque, elles limitent volontairement les échanges avec les internautes avec le plus souvent des murs Facebook fermés aux commentaires.

La crainte de ne pas savoir comment répondre à des avis négatifs sur ces plateformes est légitime, mais pas complètement rationnelle : ne vaut-il pas mieux gérer les commentaires négatifs sur son propre territoire qu’ailleurs sur le Web ? Une vision de la relation client adoptée par seulement une minorité des entreprises du CAC 40.

.

.

Articles similaires:

Partagez cet article

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin